« Baudolino », et Byzance

D’Umberto Eco je n’avais lu que « le Nom de la Rose » (trois fois avec enthousiasme), « le Pendule de Foucault » (trop confus), et seulement 50 pages de « l’Île du jour d’avant ». À la mort de l’auteur j’ai cherché à en découvrir un autre et l’avis de David Madore sur son blog http://www.madore.org/~david/weblog/d.2016-04-22.2366.html étant très proche du mien pour ces trois premiers romans, j’ai tenté celui qu’il considère comme le meilleur.

« Baudolino » m’a semblé intéressant mais long sur les trois-quarts du livre…puis trop court et passionnant à la fin, au point d’en relire des chapitres juste après avoir fini.
Situé au moyen-âge comme « le Nom de la Rose » mais deux siècles plus tôt et côté Byzantin, le récit est basé sur l’invention d’un personnage principal qui intervient souvent de manière déterminante, dans des évènements du 12ème siècle. On y trouve contées entre autres la fabrication de reliques et histoires chrétiennes (rois-mages, têtes de Jean-Baptiste et Saint-Suaire), la fondation de la ville italienne d’Alexandrie, les multiples mort de l’empereur Frédéric Barberousse, etc ; et Umberto Eco y complète aussi les trous dans les biographies plusieurs personnages historiques.
Si « le Nom de la Rose » se passe dans l’enceinte d’un monastère et sur quelques jours, ici le roman s’étale sur la durée de la vie d’un homme et parcourt une grande partie de l’Europe et de l’Asie jusqu’à des terres imaginaires.

Au final, même si moins captivant que « le Nom de la Rose » par l’absence d’intrigue policière, je le conseille fortement à mon tour !

Avec le risque ensuite d’enchaîner sur des sources plus historiques : une série de la « Fabrique de l’Histoire » sur France Culture (http://www.franceculture.fr/theme/histoire-byzantine), le livre « Pourquoi Byzance » de Michel Kaplan chez Folio Histoire, etc.

 

 » Les Latins, bien que barbares, étaient très compliqués, nuls en fait de subtilités et de distinguo si une question théologique était en jeu, mais capables de couper un cheveu en quatre sur une question de droit. Ainsi, durant tous les siècles que les Romaniens de Byzance avaient passés en de fructueux conciles pour définir la nature de Notre Seigneur, mais sans mettre en discussion ce pouvoir qui venait encore directement de Constantin, les Occidentaux avaient laissé la théologie aux prêtres de Rome et passé leur temps à s’empoisonner et à se donner des coups de hache d’armes chacun son tour pour établir s’il y avait encore un empereur et qui il était, avec ce brillant résultat : un empereur véritable, ils n’en avaient jamais plus eu. »    Baudolino, U.Eco

Catégories :brève de rando

Piolit

Le Piolit est un des sommets de la chaîne qui s’avance depuis le massif des Écrins au dessus du lac de Serre-Ponçon et de la route reliant Embrun à Gap.

Je n’y étais monté qu’une seule fois il y a plus de 15 ans, depuis Ancelle. Mais là je décide à l’occasion d’un trajet Grenoble-Gap-Briançon de lui refaire une visite depuis le versant Sud. Depuis le village de Chorges je monte donc jusqu’au hameau des Drayes par une petite route puis une piste carrossable.

Départ sur la piste à l’ouest du hameau, et au bout de 5 minutes la rando s’arrête : un vigile m’interdit de continuer, il garde le chantier d’un pylône d’une ligne électrique haute-tension. Impossible de discuter, même si mon itinéraire ne passe pas à côté du chantier, il va monter avec le chien. Bref. Au retour j’écris un petit courrier à l’office de Tourisme du département pour savoir s’ils considèrent cela comme normal : pas de réponse, sans doute que oui ?!

courrier.jpg

Demi-tour, nouveau bout de piste, nouveau départ un peu plus haut pour contourner le pylône, je vois le départ d’une piste d’accès taillée dans la forêt mais qui descend alors que je monte.

 

Un bout de panneau met dans l’ambiance…faute de perdrix bartavelle en chair, certains se défoulent sur celles en métal.

S_1607Piolit_6941.cr2.jpg

 

Un bel alpage à vaches commence, le troupeau s’étale sur un bel espace, laissant largement la place pour ne pas s’approcher ni déranger.

 

Puis arrivée au sommet, le soleil commence à descendre et les couleurs deviennent belles sur cette crête qui semble se prolonger, vers l’Ouest, jusqu’au Dévoluy couronné de quelques nuages.

 

 

Dernière photo enfin, avant de redescendre et d’arriver à la voiture juste au moment où la nuit devient vraiment noire.

 

S_1607Piolit_7079.cr2.jpg

Catégories :brève de rando

Pic Coolidge

21 juillet 2016 1 commentaire

Pas très amateur de « vrai » alpinisme, à cause des contraintes inhérentes (corde et autre matériel) j’avais repéré il y a 2 ou 3 ans que le Pic Coolidge, 3774m quand même et entouré des plus hauts sommets du massif (Barre des Écrins, Pelvoux, Ailefroide, …) pouvait s’atteindre en mode « randonnée », avec juste des crampons en début de saison mais sans crevasses sur les bandes de neige sous le sommet.

 

Le temps de trouver des bonnes conditions pour bivouaquer par là-haut (pas trop froid ou de risques d’orages, sur juillet-août-septembre avant les premières neiges) il a fallu atteindre cette mi-juillet 2016.

 

C’est donc parti en plein cagnard de la Bérarde, pour remonter la moitié de l’interminable partie plate du vallon du Vénéon.

16_07_Pic_Coolidge_01 [ref.]

: [ref.]

Heureusement l’objectif n’est pas la Pilatte…on oblique vers le refuge de la Temple. Montée enfin raide et toujours très chaude, pour rejoindre le refuge bien achalandé.

S_16_07_Pic_Coolidge_02.jpg

 

C’est reparti vers le col de la Temple, 900 mètres plus haut. L’altitude se fait sentir de plus en plus, mais la chaleur moins. Une bande de neige commence 200 mètres sous le col mais ne pose pas de problème.

S_16_07_Pic_Coolidge_05.jpg

Puis direction le sommet une première fois, pour le coucher de soleil. Mais la vue d’en haut est un peu décevante, je préfère redescendre plus bas pour voir le coucher sur les arête qui descendent sur le col de la Temple, et sur l’Ailefroide.

 

S_16_07_Pic_Coolidge_07.jpg

 

Puis bivouac dans de super conditions au col de la Temple (et un peu surpeuples : 11 personnes à proximité !), coucher de lune vers 4h sur les falaises.

 

 

 

Puis à 5h40 c’est reparti : lever de soleil sur les vires, puis sommet. Un igloo fait la veille a été occupé durant la nuit, d’autres cordées arrivent.

Côté équipement, on voit de tout : chaussures souples ou rigides, cordes ou non.

 

 

Après cette deuxième au sommet, juste devant la Barre des Écrins, dernier passage par les vires, et c’est la loooooooongue descente où l’on retrouve la chaleur…

16_07_Pic_Coolidge_62 [ref.]

: [ref.]

Il faudra maintenant retrouver un objectif  rocheux ou en tout cas sans glacier pour la prochaine sortie à haute-altitude (c’est-à-dire au dessus des 3400 mètres des sommets « pure rando » du Queyras…).

Catégories :brève de rando

Belle petite série…

Avec le beau temps revenu et les horaires d’été, une belle petite série de lever de soleil – express (départ 3h, retour entre 8h et 9h) ces derniers jours, avec un ciel bien dégagé au dessus de brumes ou de vrais nuages bas, le rêve.

Charmant Som jeudi, Grands Moulins dimanche, Soeur Sophie lundi, Pic Saint-Michel mercredi…Quelques photos :

 

 

Catégories :brève de rando

Retour du soleil

Trois belles sorties avec un soleil de retour cette semaine…

Dimanche, il fallait bien viser, et viser autour de Gap, pour voir le soleil à l’heure du lever. C’est la classique montée au pic de Gleize.

 

et le lever de soleil sur les falaises du Dévoluy. Retour sur Grenoble avec soleil, pluie et arc-en-ciel :

 

16_06_Gleize_12 [ref.]

: [ref.]

Mercredi, soleil en Isère cette fois : brumes de vallée et soleil vers le col de l’Arc.

16_06_Sous_Pierre_Virari_05 [ref.]

: [ref.]

Et jeudi, les brumes de vallée ont disparu (ou sont plus hautes que les crêtes des préalpes, en fait) : c’est moins joli, mais la petite montée sur le Ranc des Agnelons était néanmoins intéressante…

G_16_06_Ranc_Agnelons_01.jpg

 

 

La suite…cette nuit qui devrait être étoilée en altitude..?

Catégories :brève de rando

Humide

Toujours un temps bien humide, et deux sorties ratées…samedi matin, montée au col de la Combe en même temps que des nuages se forment à l’Est en altitude : pas de soleil. Dimanche matin : moche. Lundi matin : ciel étoilé à 3h mais brumes recouvrant les crêtes du Sud Vercors à l’heure du lever de soleil.

16_06_Tete_Chevaliere_01 [ref.]

: [ref.]

Il a quand même fait beau samedi après-midi sur Grenoble,

 

 

et puis c’est un temps à morilles et bientôt à girolles !!!

 

Catégories :brève de rando

La Marmottane

J’aime beaucoup visiter, à partir de la mi-mai et en juin, le secteur des aiguilles de l’Argentière encore enneigé depuis le col du Glandon.

Les deux années précédentes, une visite à l’Aiguille d’Olle, sans doute le plus haut sommet des aiguilles accessibles « simplement » à pieds, j’avais repéré la petite crête de la Marmottane en contrebas : moins élevée mais offrant un beau point de vue avec les aiguilles de l’Argentière, le Rocher Blanc et le Rocher Badon, et le Bec d’Arguille qui tous atteignent ou frôlent les 2800m, tout autour. Sans parler du Mont Blanc au loin.

 

Il ne restait plus qu’à aller voir cette année…

 

Catégories :brève de rando
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 63 autres abonnés