Accueil > brève de rando > Entropia, Samuel Alexander

Entropia, Samuel Alexander

Une journée de voyage en train entre Alpes et Cévennes m’a enfin permis il y a quelques jours de me plonger dans le livre « Entropia » de Samuel Alexander.

Entropia_ml

 

Il m’avait été offert il y a quelques mois par un ami qui en est le traducteur français, Guillaume Dutilleux.

Le sujet du livre est la description d’une expérience de vie, après l’effondrement de la civilisation industrielle.
Entre roman et essai, cette « Utopie » décrit les succès et difficultés d’une vie non basée sur l’exploitation de ressources non renouvelables…

 

Parmi les thèmes, des plus terre-à-terre aux plus fondamentaux, plusieurs font échos à des débats actuels sur Grenoble et en France :

  •  toilettes sèches « à une époque où l’eau douce se fait plus rare, la vieille tradition d’envoyer les déjections humaines dans l’eau potable nous semble maintenant non seulement étrange mais aberrante »
  • habitations en dur « les indiens auraient-ils été avisés d’abandonner les wigwams en échange de 40 ans de labeur pour un logement plus « civilisé » ? La rationalité économique de ce choix serait douteuse, en effet. »
  • démocratie participative, tirés au sort et experts…
  • revenu universel,
  • nature en ville « arroser les graines de produits chimiques afin de préserver une apparence luxueuse, en ville comme en banlieue, dans l’espoir que la nature ne ferait pas irruption dans la propreté impeccable de la vie civilisée »
  • contrôle des naissances « pour garantir les libertés du futur nous avons dû restreindre les libertés du présent »,
  • respect des lois et règles « tout ce que nous pouvons faire est de publier la loi comme une règle acceptée démocratiquement, expliquer clairement son principe, et croire en l’avènement d’une culture qui le respecte »

… et sans prétendre que l’expérience aboutisse à la perfection bien sûr « une société dans laquelle il n’y aurait aucun désaccord ou conflit ne serait pas une société humaine – et même si une telle société devait voir le jour, elle risquerait d’être terriblement ennuyeuse »

Pour ne rien gâcher, la première partie du livre, avant un rebondissement dans l’histoire, s’achève par l’ascension en solitaire d’un sommet…et un lever de soleil.

« la sérénité dans la vie demande une pratique régulière de la solitude »

17_12_Habert_Chamechaude_07 [ref.]
Je n’ai pas le talent ni de faire une analyse littéraire, ni une analyse technique du livre, qui n’est pas exempt de défauts…je vous invite à vous faire une idée par vous même !

Un commentaire par son auteur :

http://www.steadystate.org/entropia-life-beyond-industrial-civilisation/

Pour le commander, privilégiez le site de l’éditeur ou vos libraires locaux.
Je peux aussi le prêter aux grenoblois…

https://libre-solidaire.fr/Entropia

Publicités
Catégories :brève de rando
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :