Accueil > photo, matériel et techniques > Matériel de randonnée : contenu de mon sac

Matériel de randonnée : contenu de mon sac

Après le matériel photo (https://guillaumelaget.wordpress.com/2014/08/13/deux-listes-photos-reflex-complete-et-legere/), et le matériel de bivouac (https://guillaumelaget.wordpress.com/2014/08/19/materiel-de-bivouac/), voici maintenant la description du contenu habituel de mon sac-à-dos, que j’emporte tel quel à quasiment chaque sortie.

* J’ai déjà parlé du sac-à-dos lui-même, réalisé sur mesure (dimension, choix du tissu, accessoires, …) par un artisan français installé au japon : vous pouvez vous reporter à cet article (https://guillaumelaget.wordpress.com/2014/03/21/sacs-artisanaux-kinpu-san/).

sac à dos

Pour résumer il s’agit d’un sac léger, au tissu imperméable à l’eau (mais pas les coutures, d’où la présence dans mon matériel d’un petit sac plastique intérieur), qui offre en plus du comportement principal une poche en tissu sur le dos, deux grandes poches de ceinture, une poche sur le rabat sommital.
660 grammes pour un sac confortable malgré l’absence d’armature et qui peut contenir tout mon matériel photo et de bivouac y compris un équipement hivernal (piolet, crampons, raquettes portés sur le dos ou le côté).

* Sur une bretelle j’attache par un mini-mousqueton un mini-thermomètre et mini-boussole. Plus par curiosité et la photo (viser l’endroit où le soleil va se lever, à 10 degrés près voire plus !) que pour la sécurité…15 grammes en tout.

* Dans les poches de ceinture que j’ai volontairement fait fabriquer très grandes, je peux ranger 50cl d’eau de chaque côté et des vivres de courses (environ 500 grammes de barres de céréales, crême de marrons, chips, etc…
Pour les bouteilles : je récupère de simples bouteilles plastiques d’eau minérale. Plus léger (20 à 30 grammes) et moins cher qu’une gourde en plastique rigide ou métal. Aucun problème de casse ou fuite à déplorer en quelques centaines de randonnées, en les changeant au bout de quelques dizaines de sorties.

Ainsi que ma frontale Led Lenser H7R (http://boutique.ledlenserfrance.com/lampes-frontales-led/36-led-lenser-h7r-4029113749800.html) de 135 grammes piles rechargeables incluses.

C’est une lampe très lumineuse avec un faisceau réglable. En puissance maximale et faisceau fin elle éclaire une falaise à plus d’un kilomètre, en faisceau large et puissance minimale elle permet de suivre sans problème un sentier peu marqué.

* Dans la poche de dos en filet je range des mitaines-moufles (105 grammes) et un bandeau (35 grammes) en polaire coupe-vent. Eventuellement une casquette, une bouteille d’eau supplémentaire (sorties sans sources à proximité), ou du matériel mouillé (tente après le bivouac).

* Sur la poche supérieure beaucoup de petit matériel pour un total d’environ 400 grammes : des surmoufles étanches (60 grammes), des chaufferettes pour les pieds (25 grammes), du PQ (25 grammes), une boite contenant du sucre, un briquet, du sérum physiologique, de la colle UHT, une aiguille et du fil, des pansements anti-ampoules, du savon, …, et des batteries de rechange (téléphone, appareil photo, AAA). Je pourrais sans doute diviser par deux le poids de tout ça mais j’ai assez allégé le reste pour m’offrir ce petit ensemble ‘confort-sécurité’ qui ne sert que rarement mais est bien pratique parfois.

* et enfin dans la poche principale, dans une poche plastique en cas de pluie qui traverse les coutures du sac (40 grammes), je range les vêtements (ainsi que le matériel de bivouac et le matériel photo déjà évoqués !) pour un total d’environ un kilo : une doudoune en APEX (http://www.chroniquesanscarbone.com/shop/product.php?id_product=66), 385 grammes, une polaire (340 grammes) et une veste imper-respirante Golite (discontinuée) de 240 grammes.

Le tout permet de supporter des températures de l’ordre de -10° sous le vent pendant les séances photos…et complète l’équipement de bivouac pour les nuits passées en montagne.

* je cite aussi mon sac-banane du quotidien que j’emporte en montagne avec des choses plus ou moins utiles (téléphone qui me sert de GPS, clés, papiers, stylo, couteau, cuillère, brosse à dent, petite pharmacie, une petite lampe à LED et pile AAA) et d’autres pas du tout en rando (mais que j’ai la flemme d’enlever à chaque fois pour gagner peut-être 200 grammes)…Au total, 800 grammes à 1 kilo.

Tout cela représente un ensemble d’environ 3500 grammes de matériel et 1500 grammes d’eau et vivres de courses, soit 5 kilos.

Avec le matériel photo en version « lourde » pour 4 kilos on arrive à une dizaine de kilos pour une sortie « à la journée » ;

Avec le matériel de bivouac cela fait 12 kilos pour 2 nuits et 3 repas.

Cela tombe bien : 12 kilos est la limite extrême de ce que j’accepte de porter sur mon dos, pour préserver mes articulations pour peut-être quelques décennies encore (sauf quand je promène ma plus jeune fille fatiguée, ce qui rajoutera une vingtaine de kilos mais seulement sur 100 ou 200 mètres de dénivelé en fin de rando !).

À l’inverse, j’ai essayé parfois (par exemple quand je n’emporte pas le matériel photo) d’avoir un sac de seulement 4 ou 5 kilos : je ne constate pas vraiment de différence sur ma fatigue pour les sorties courtes, même enchaînées 4 ou 5 fois par semaine quand les conditions s’y prêtent. Sur une rando au long cours de type HRP ou GR20, avec beaucoup de nourriture en plus, j’aurais sans doute une autre approche !

* Citons encore, pour être complet, sur moi ou à la main, les vêtements (pantalon, tshirt, caleçon, chaussettes) environ 600 grammes, les chaussures (des chaussures montantes mais très souples, environ 900 grammes la paire), et mon fameux bâton-piolet Petzl Snowscopic de 500 grammes (éventuellement remplacé si je suis certain de ne croiser ni neige ni pente d’herbe raide par un simple bâton Fizan NW Lite de 160 grammes…) et je crois que le tour est fini !

Quand la sortie est brève et sans difficulté (un lever de soleil avec une randonnée de quelques heures en été par exemple, par températures élevées) je peux alléger tout cela d’une polaire ou d’un coupe-vent…Mais le temps passé à réfléchir à l’optimisation pour gagner un kilo ou deux au maximum n’est pas vraiment intéressant à mes yeux quand il s’agit de faire une petite sortie de 1000m de dénivelé où je serai peu chargé de toute manière…

En revanche je peux passer du temps à optimiser tout ça pour gagner quelques centaines de grammes si je prévois d’être très chargé (bivouac avec grosse marche !), ce qui permet de tenir les 12 kilos même en hiver (mais je reviendrai dans quelques mois sur ma liste « hiver »).

Même si je suis sûr que cette liste ne conviendra pas telle quelle à un autre randonneur (et sachant qu’elle représente aussi un investissement conséquent étalé sur plusieurs années), je pense qu’elle peut inspirer tous les randonneurs photographes pour aboutir à un sac d’une dizaine de kilos, et tous les randonneurs non-photographes pour un sac de 6 à 7 kilos, pour un ou deux bivouacs confortables !

Cet allègement (je portais régulièrement et allègrement des sacs de 20 kilos il y a encore 5 ans) est vraiment très sensible sur la fatigue générale, sur les douleurs (pieds, genoux), sur le denivelé accessible sans effort surhumain durant une sortie, et sans doute aussi sur les séquelles à long terme sur le corps…

À suivre…un dernier article avec un tableau pour rappeler et détailler les poids cités dans ces trois articles.

Publicités
  1. 5 septembre 2014 à 9 h 28 mi

    Bonjour Guillaume,

    Merci beaucoup pour ce retour. Le poids de certains matériels sont vraiment surprenant de légèreté, notamment le sac à dos et ton duvet. Il faut vraiment se tourner vers des magasins spécialisés pour les trouver.

    Ta doudoune et ta polaire semble vraiment lourde, surement parce qu’elles sont très chaudes. Est-ce que tu les prends également l’été ? J’imagine que les nuits peuvent être très fraiche à 2500m.

    • guillaumelaget
      5 septembre 2014 à 10 h 01 mi

      Oui en général les matériels les plus légers ne se trouvent que par correspondance…
      Doudoune et polaires : il me semble que l’on est dans des gammes de poids « classiques », pas spécialement lourds non plus pour une polaire ou une doudoune synthétique…Et oui j’en ai besoin l’été : cet été, certes plus frais que la normalement, j’avais quasiment tous les matins de lever de soleil un tshirt manches longues + mitaines + bandeau sur la tête + la doudoune + la polaire sur moi avant et juste après le lever de soleil dès que je n’étais plus actif, en température un peu négatives ou à peine positives dès qu’il y a un peu de vent.

  2. 5 septembre 2014 à 9 h 40 mi

    10kg pour une rando à la journée … wow :/

    • guillaumelaget
      5 septembre 2014 à 9 h 58 mi

      Oui mais comme le précise l’article, c’est décomposé en ~3.5 kilos de matériel (incluant de quoi marcher de nuit et supporter les températures avant le lever de soleil en plein vent sur un sommet), 1.5 d’eau+nourriture, et 4 de matériel photo.
      La partie « matériel de rando » proprement dite est légère, justement pouvoir emporter le matériel photo.

      Cette série d’articles a pour but d’aider les photographes que je croise souvent bien plus chargés que ça à s’alléger. Mais je suis bien sûr preneur d’idées d’amélioration et d’allègement supplémentaire, mais en restant dans ces contraintes photographiques / marche de nuit.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :